Témoignages inspirants

Caroline Drogo allie couleurs et spiritualité

Caroline Drogo est une artiste dont l’univers m’a tout de suite séduite. Univers végétal, couleurs éclatantes, …. Et depuis quelques temps spiritualité au travers de mandalas qui expriment une histoire dans son style merveilleux.

Vous me direz que vu que c’est une Caroline d’origine italienne comme moi, ça ne pouvait que matcher 😉

Je vous laisse découvrir son univers et sa sensibilité d’artiste qui, j’espère, vous toucheront aussi. Et lisez bien jusqu’au bout car Caroline nous livre sa recette secrète pour affronter les péripéties et trouver des solutions en restant bien motivée ^o^

Crédit photo de couverture : Laid Liazid

Bonjour Caroline!

Peux-tu te présenter et décrire ton activité en quelques mots?

Bonjour ! Je suis artiste peintre, illustratrice, directrice artistique et graphiste. C’est vrai que ça fait un peu long sur la carte de visite, mais je m’épanouis dans la diversité de mes projets, je me lasse vite sinon.

J’ai un univers très coloré, où j’aborde les thèmes du végétal et de la spiritualité.

Caroline Drogo artiste : couleurs et spiritualité

Au-delà de l’art au travers de tes tableaux, tu fais régulièrement des ateliers à Paris lors desquels tu réalises des tatouages éphémères. Comment t’es venue cette idée? Qu’est-ce que ça t’apporte de différent par rapport à quand tu peints une toile?

 

Pour les ateliers, je fais souvent des tatouages éphémères mais aussi des customisations sur objets ou des live paintings pour des prestations avec des marques.

L’année dernière c’était dans ma liste d’objectifs : sortir de l’atelier !

Je suis quelqu’un de sociable alors rester seule tous les jours, même si j’aime ça, peut devenir un peu monotone parfois. Et ça fait du bien de temps en temps d’aller au-delà de sa zone de confort et de travailler avec des contraintes de temps, gestion du public et des consignes bien précises.

Tes œuvres sont très colorées. Qu’est-ce que tu exprimes au travers de la couleur?

On me pose souvent la question, avant je répondais que j’aimais juste la couleur !

Je suis d’origine sicilienne et il y a plusieurs mois je regardais des images d’art artisanal sicilien pour un projet et ça m’a frappé !

C’est très coloré, détaillé, je pense que ma passion de la couleur vient de là, ça fait partie de mon identité.

Tu peints également beaucoup de mandalas. Qu’est-ce qui t’attire dans les mandalas? (J’ai l’impression que tu racontes une histoire dans chacun des mandalas …)

 

J’ai débuté mon travail sur les mandalas l’année dernière quand j’ai commencé à m’éveiller spirituellement. Tout s’est imposé à moi assez naturellement.

Une amie astrologue m’a conseillé d’associer mon travail artistique et spirituel, le mandala  me semblait être la forme la plus appropriée pour raconter mon histoire.

Chaque mandala à une histoire.

Le premier est un autoportrait, le second est le résultat d’une séance d’hypnose grâce à laquelle j’ai vu une de mes vies antérieures. Le troisième, plus petit en format rond est une leçon que j’ai mis des années à comprendre, « S’aimer soi-même ».

Quand je réalise une toile, c’est pour marquer une étape de ma vie. Je n’explique pas souvent l’histoire des toiles, car j’aime bien l’idée que chacun peut se l’approprier et créer une histoire totalement différente de la mienne.

Caroline Drogo artiste : couleurs et spiritualité

Qu’est-ce qui t’inspire?

En vrac : les planches d’études botaniques, le cosmos, la spiritualité, les grandes villes, la nature, les gens de caractère, des fois des choses très banales mais qui vont attirer mon attention.

Si tu as des artistes favoris, qui sont-ils/elles?

Mon artiste préféré est Jean Cocteau, c’est un touche à tout qui a utilisé plusieurs médiums pour transmettre son art. C’est poétique, épuré, ses dessins me touchent.

Niki de Saint Phalle car c’est une figure de femme qui m’inspire beaucoup.

Botticelli, pour la technique et le regard toujours rêveur de ses portraits.

Dans les artistes vivants de ma génération, Andy Dixon, Anna Valdez, Amir H Fallah…

Lorsque tu as souhaité te lancer en tant qu’artiste, tu as eu de nombreuses réactions décourageantes de la part de ton entourage. Peux-tu nous en dire plus et surtout, raconter comment tu as réussi à te distancier de ces commentaires et à te lancer?

Oui, j’ai eu sur mon parcours, au tout début, quatre cinq personnes, uniquement des hommes, qui m’ont dit de façon plus ou moins gentille que je n’y arriverai pas, que j’étais trop scolaire, trop artiste, trop girly.

J’ai pratiquement tout entendu. C’était des prof., des gens du métier, quelqu’un de ma famille aussi.

Même si je suis quelqu’un de déterminée ces commentaires m’ont à chaque fois blessée, un peu démotivée mais jamais assez pour que je remette en question ma passion et mes aptitudes.

Ce n’est qu’une opinion dans un océan d’avis et comme dit Cocteau « Ce qu’on te reproche, cultive-le, c’est toi ».

Forcément mon travail ne plaira pas à tout le monde. Et tous ces gens avaient un point en commun : frustrés car ils n’avaient pas osé se lancer dans leur passion.

Donc si un jour vous avez face à vous quelqu’un qui veut vous faire renoncer à votre projet, écoutez la critique la tête haute et dites-vous que si une personne ne vous encourage pas il y en a une autre qui sera là pour vous soutenir.

As-tu déjà rencontré des difficultés? Si oui, comment les as-tu surmontées?

Honnêtement, je ne pense pas avoir eu des difficultés en particulier sur mon parcours. Les petites galères du début sont nécessaires pour savoir ce que l’on est prêt à accepter ou pas.

Mais pour les petits coups durs professionnels ou personnels, j’ai ma petite recette qui fonctionne toujours.

1 – Je m’autorise un petit instant de panique, moins d’une heure sinon ça tourne à la drama queen.

2 – J’ai deux / trois personnes de confiance que j’appelle pour avoir leur avis et leurs motivations.

3 – Je mets une playlist de warrior et je me remonte les manches en cherchant des solutions.

Ça paraît simple, mais ça marche toujours. Il ne faut jamais se concentrer sur le pourquoi du problème, juste sur les solutions et agir.

Quel message aimerais-tu transmettre à celles qui n’ont pas encore osé se lancer?

La chose la plus simple : Il faut juste se lancer et se donner le temps de réussir, parce que vivre de sa passion ou monter une entreprise ça prend du temps.

Il faut être patient, travailler (beaucoup) et montrer son travail.

Je me lève chaque matin heureuse de ma vie et j’adore le lundi.

La vie est trop courte pour ne pas réaliser ces rêves et au pire, si ça ne marche pas la première fois, il n’y a pas d ‘échec, juste des expériences pour mieux recommencer.

Caroline Drogo artiste : couleurs et spiritualité

Pour explorer l’univers de Caroline Drogo, rendez-vous sur son Facebook ou sa page Instagram 😉

You Might Also Like...

No Comments

    Leave a Reply