Lecture Inspirante

Lecture inspirante du mois : La Servante Écarlate

Ce mois-ci, j’ai découvert La Servante Écarlate de Margaret Atwood.

J’en ai entendu parler à plusieurs reprises (Emma Watson avait fait une opération pour faire découvrir ce roman, des chroniques y ont été dédiées à la télé, …)

J’ai donc été intriguée et j’ai voulu en savoir plus.

Au final, ce livre a tellement de succès, que j’ai eu du mal à me le procurer. Et 2 jours après l’avoir fini, j’ai trouvé repreneuse pour le lire et le partager.

Voici donc l’explication de pourquoi je l’ai trouvé inspirant.

Mes premières inspirations sur La Servante Ecarlate

Dès les premières pages, j’apprécie. Je me dis « cette femme a de l’esprit ». Je pense en fait à la fois à l’héroïne et à l’auteure.

L’écriture est fluide et moderne. Autrement dit, « ça se lit bien » lol

La Dystopie

Le roman décrit avec brio une dystopie (donc le contraire d’une utopie).

Par bribes, on a une série de flashs back qui témoignent de comment la société a évolué ainsi. Comment les codes, les visions ont changé.

C’est intelligent et cela pourrait en effet se produire de nos jours.

C’est d’autant plus poignant que le roman a été écrit en 1987 et qu’il parait complètement moderne et contemporain.

L’héroïne

L’analyse intelligente du personnage principal nous fait réfléchir.

En voici un exemple (ici à propos de la manipulation d’un présentateur télé) :

« Tout ira bien bientôt, je le promets. Nous vivrons en paix. Vous devez avoir confiance. Vous devez aller dormir comme des enfants sages.

Il nous dit ce que nous aspirons à croire. Il est très convaincant.

Je lutte contre lui. Je me dis qu’il ressemble à une vielle vedette de cinéma, avec des fausses dents et un visage retapé. En même temps, je vacille vers lui, comme hypnotisée. Si seulement c’était vrai. Si seulement je pouvais croire. »

Elle est courageuse et doit se faire passer pour une fervente croyante de cette nouvelle société alors qu’elle est consciente d’être utilisée comme un simple objet et privée de ses libertés. Elle est même privée d’identité, de son nom de naissance.

Mais c’est ce qui lui permet de survivre.

Et au final, que ce soit elle ou les autres servantes écarlates, que pourraient-elle faire d’autre que survivre?

La Postface

Dans cette édition plus récente, suite au livre, nous avons une Postface de l’auteure.

Elle est particulièrement intéressante! Elle y explique ses intentions avec ses propres mots. J’ai trouvé ce passage éclairant suite à ma lecture du livre

En bref : un livre qui fait réfléchir, le personnage principal est à la fois une femme intelligente et « normale » (pas d’acte incroyable auquel on a du mal à s’identifier mais au contraire, un réalisme fou). Pensez! Inspirez-vous! 🙂

You Might Also Like...

No Comments

    Leave a Reply